Le style pittoresque d’une maison avec un toit de chaume semble reconquérir le public français. De surcroît, les avantages de ce type de couverture ne se résument pas seulement sur cet aspect esthétique. En effet, la toiture en chaume dévoile d’autres atouts insoupçonnés.

Une toiture légère et écologique

Le toit de chaume est construit à partir de matériau 100 % naturel. Les matières premières varient suivant les régions et l’imagination des artisans chaumiers. D’ailleurs, les propriétaires peuvent choisir les types de chaume qui leur plaisent, à savoir : la paille de blé, le seigle, le roseau, le jonc, le genêt ou encore la bruyère. Avec ces tiges creuses de graminées plus légères que d’autres matériaux de toiture, nul besoin d’utiliser de charpente très solide. Elles sont également biodégradables et n’ont donc pas besoin de passer par des traitements chimiques. Ainsi, parmi tous les éléments constitutifs d’un ouvrage, le chaume est alors reconnu comme le matériau le plus respectueux de l’environnement (mais moins vert que la toiture végétalisée).

Une toiture durable et adaptée à toute saison

Le plus étonnant dans la structure du chaume qui parait fragile, est sa durabilité. Une toiture en chaume, à condition d’être bien entretenue, résiste aux diverses intempéries sur une quarantaine d’années, voire une cinquantaine. En outre, sa faculté de régulation de température procure un naturel confort à l’intérieur de la maison à n’importe quelle saison. Tout d’abord, en hiver, il retient la chaleur sans recourir à un système de chauffage. De plus, le chaume bloque la condensation à l’intérieur du toit et les courants d’air. Ensuite, en été, cette couverture optimise la ventilation pour rafraîchir chaque pièce. Enfin, durant les périodes de pluie, le toit de chaume assure un confort acoustique, à l’opposé des autres couvertures, notamment les tôles.

Les modalités requises pour une toiture en chaume parfaite

Si le toit de chaume a l’avantage d’être durable et écologique, des conditions de construction et d’entretien s’imposent. Aussi, les pailles doivent être bien serrées en fagots pour constituer une couche dense et étanche. La pente de la maison doit également atteindre au minimum 40°. Les bottes de pailles peuvent ainsi laisser couler les eaux de pluies sur un toit plus incliné vers le bas.

Sachant que les tiges utilisées risquent de pourrir, le toit de chaume doit être régulièrement entretenu. Cela consiste à racler les mousses, à empiler de nouvelles bottes de chaume, tout en se débarrassant des tiges mortes. Par ailleurs, l’intervention d’un chaumier professionnel dès la pose des pailles et durant l’entretien du toit assure évidemment sa durabilité.

En fin de compte, la toiture en chaume est plus confortable et plus résistante qu’elle n’y parait. En calculant le coût de la main d’œuvre et du matériel, présente-t-elle un avantage financier par rapport aux autres couvertures ?

Catégories : Travaux