Art végétal japonnais, le kokedama est une façon originale et tendance de présenter ses plantes. Ne suscitant pas l’utilisation de pots, il se présente sous la forme d’une sphère suspendue dans les airs par de fils discrets. Mais quel est le principe du kokedama ? Comment en fabriquer un soi-même ? Dans cet article, nous faisons le point sur cette nouvelle tendance de décoration végétale.

L’histoire du kokedama

Ayant vu le jour dans les années 90, le kokedama est un art décoratif végétal issu de trois techniques de culture ancestrales nippones :

  • Le Nearai : il s’agit d’une composition de plantes sauvages sur une petite coupole de terreau d’environ 10 à 15 cm.
  • Le kusanomo : c’est une technique qui consiste à associer des plantes saisonnières dans une poterie artisanale que nous posons, par la suite, sur une planche de bois laquée.
  • Le bonsaï : Petit arbre planté en pot, le bonsaï requiert une attention permanente et une maîtrise parfaite des techniques de taille.

Quelles plantes choisir pour faire un kokedama ?

Nous vous conseillons d’utiliser des plantes relativement petites et faciles à travailler comme la fougère, le lierre, l’hosta, le palmier nain ou encore l’asparagus. Vous pouvez aussi opter pour l’orchidée afin d’apporter une petite touche de couleur. Évitez de choisir des plantes épiphytes car elles demandent un technique complexe et un substrat précis pour vivre dans de bonnes conditions.

Les matériels nécessaires pour créer un kokedama

En plus des plantes, vous aurez aussi besoin d’un mélange d’un peu de terreau à base d’argile, de terre et de débris de végétaux. Ayant le rôle de base du kokedama, ces éléments devront être choisis avec soin car ils vont garantir le bon épanouissement des plantes. La mousse est également un élément indispensable et incontournable du kokedama. Bien plus esthétique que fonctionnel, elle vous permettra de donner un aspect naturel et harmonieux à la composition. Enfin, il vous faudra des fils de coton noir et une paire de ciseaux pour ficeler discrètement et suspendre votre petite sphère végétale dans les airs.

Faire un kokedama en 5 étapes

Voici les 5 étapes de base pour faire un kokedama.

  1. La préparation des plantes

La première étape est de préparer les plantes. Commencez, donc, par enlever vos plantes de leurs pots et une bonne partie de la terre qui les composent. Si vous constatez que les racines prennent trop de places, coupez-en une partie. Dans le cas contraire, votre kokedama paraîtra déséquilibré une fois fini car les racines ajoutées au substrat et à la mousse deviendront beaucoup trop grandes par rapport à la plante elle-même.

  1. L’agencement des plantes

Une fois que vous ayez fini de préparer vos plantes, vous pouvez maintenant commencer à les agencer. Laissez parler votre créativité pour les assembler de sorte à obtenir un rendu esthétique et harmonieux, comme un bouquet de fleurs. N’hésitez pas à vous inspirer des nombreux modèles de kokedama sur le net pour ce faire.

  1. La préparation de la boule de substrat

Cette étape est l’une des plus techniques dans la réalisation du kokedama. Elle consiste à tenir les plantes agencées avec le pouce et l’index d’une main de façon à pouvoir maintenir les racines avec la paume. Avec l’autre main, vous allez ajouter le substrat petit à petit autour des racines de façon à former une boule. Plus la forme sera régulière plus le résultat sera beau. Notons que la boule de substrat devra être légèrement plus petite que celle souhaitée car elle sera encore recouverte de mousse. À la fin de cette étape, vous pourrez ajuster l’agencement final de vos plantes.

  1. La préparation de la mousse

Avant d’ajouter la mousse au kokedama, penser d’abord à enlever les adventices et à supprimer les éventuels parasites qui s’y trouvent. N’hésitez pas à couper une partie de la tache brune si elle est trop épaisse. Ensuite, vous pouvez commencer à la plaquer sur la boule de substrat pour donner un aspect esthétique, naturel et en harmonie avec les plantes. Évitez de prendre de trop petits morceaux car ils sont difficiles à fixés. Pensez aussi à vaporiser la surface de substrat avec de l’eau pour que la mousse colle mieux.

Une fois ces étapes terminées, ficelez discrètement le kokedama avec les fils de coton noir en faisant 3 à 4 tours.

  1. L’arrosage

L’arrosage suit impérativement et immédiatement après la création du kokedama. Les plantes se dessèchent plus vite car les racines sont exposées à l’air et manipulées avec des mains chaudes, de même que le substrat. Nous vous recommandons d’arroser le kokedama à l’aide d’un petit arrosoir ou de le passer au robinet. Faites attention à la vitesse du débit d’eau pour éviter d’éroder le substrat.

Désormais, vous connaissez tous les secrets pour réussir un joli kokédama. À vous de jouer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *